Ouverture de l’année ignatienne à Kikwit

L’année ignatienne a été ouverte au niveau de la Compagnie Universelle, le jeudi 20 mai 2021. Dans la ville de Kikwit, après discernement, le comité local a jugé bon de retenir la date du dimanche 23 mai, en la solennité de la Pentecôte. Le lieu retenu pour cet événement est la paroisse du Sacré-Cœur de Kikwit. Il est 8h45, lorsque la Jeep de l’ordinaire du lieu Monseigneur Timothée Bodika Mansiyai, entre dans l’enceinte de la paroisse. A 9h03, l’Église paroissiale est archicomble. La chorale du doyenné Sacré-Cœur est vêtue en rouge-noir et chante avec vivacité le chant d’entrée. 

Dans la foule, on pouvait remarquer la présence des membres de la famille ignatienne : les Sœurs de Saint-André, les frères Joséphites de kinzambi, les Sœurs de Marie au Kwango, les Sœurs de Divine Providence, les Sœurs de Saint Joseph de Turin, les sœurs de Saint Joseph de Cuneo, les membres de l’AP-MEJ, une délégation de Foi et Joie accompagnée de deux volontaires espagnols et du directeur national (le père Alfred Kiteso), les CVX, les parents de nôtres, les délégations de nos deux collèges, les congrégations qui ne sont pas de la famille ignatienne, mais qui bénéficient des services des jésuites.

Dans son mot d’introduction de la messe, Mgr Bodika, a dit tout haut que le Diocèse de Kikwit, engendré par la Compagnie de Jésus, était dans la joie de célébrer cet événement. D’où ce jubilé devra avoir les signes visibles de conversion de personnes et de structures. La messe s’étant poursuivie dans un climat de recueillement, place à la liturgie de la parole. 

Les textes du dimanche de Pentecôte furent maintenus. Après proclamation de la bonne nouvelle par le diacre de l’évêque, c’est le père Jacques Buensi, SJ, délégué du père Provincial dans le diocèse de Kikwit, qui dit l’homélie. Dix-huit minutes lui ont suffi pour nourrir spirituellement la foule innombrable contenue en l’Eglise du Sacré-Cœur. Vous trouverez ci-joint, l’homélie Père Buensi. 

Le prédicateur a axé son intervention autour de deux points. Dans le premier, il a fait un commentaire des textes du jour. Revenant sur la solennité de la Pentecôte, il a rappelé que le rôle du Saint-Esprit dans notre vie est comparable à celui d’un souffleur dans une présentation de pièce de théâtre. Le souffleur est cet acteur de théâtre qui est caché, qu’on ne voit pas. Cependant, les acteurs visibles sur scène sont conscients du rôle éminent du souffleur. 

Dans le deuxième point, le père Buensi est revenu sur le sens de l’année ignacienne. C’est l’expérience d’échec d’Inigo, a-t-il martelé, qui nous a valu ce grand héritage. Inigo avait de grands rêves cependant, le boulet de canon à Pampelune lui fit passer de la recherche effrénée des plaisirs mondains au désir d’imitation de grands saints et à la réalisation de grandes choses pour sa Divine Majesté. Pour finir son homélie, le père délégué a rappelé la mise en garde du très révérend père général sur cette année ignacienne « Saint Ignace n’est pas au centre de notre année. Le Christ est toujours au centre de notre vie. Pour tout ignatien, Saint Ignace est un moyen pour nous permettre de parvenir au Christ ». 

Au terme de la messe, avant la bénédiction solennelle, une fois la prière pour la conversion récitée, le père Crispin Mukiay, curé de la paroisse, prit la parole au nom de tous les jésuites œuvrant à Kikwit, pour le mot de remerciement. Ensuite, c’est fut le tour de Mgr Bodika de déclarer ouverte l’année ignatienne dans le diocèse de Kikwit. À la fin du culte divin, place au culte du vin. Trois endroits ont été préparés pour accueillir les invités : la chorale dans la salle informatique ; le reste de fidèles sur la cour de l’Eglise et une poignée d’invités était installée à l’Espace jubilaire aménagé au centre Spirituel Kipalu sous le bosquet non lui de la villa (Maison Blanche).  A l’espace Jubilaire, dès l’installation de Mgr Bodika, le Père Mate fit la prière de bénédiction de la nourriture. Il est 14h30 lorsque Mgr Bodika se retire tout en rappelant aux jésuites présents qu’ils demeurent les pionniers du diocèse et que tous les regards sont tournés vers eux en tant que pères de tous les fidèles de Kikwit.

Plus d'articles

Nous contacter